Le FMI et la banque des banques (BIS) prêts à adopter les cryptos ? Seulement celles avec une laisse

Les cryptos bien centralisées à l’honneur – Dotés de pouvoirs supranationaux, cela fait des décennies que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque des règlements internationaux (BIS) font la pluie et le beau temps pour les finances des États. Les pays les plus compatibles (obéissants ?) sont récompensés de gros prêts, parfois en milliards de dollars. Alors que les « mauvais » élèves, comme le Salvador adoptant Bitcoin en tant que monnaie, se voient refuser leurs promesses d’aides financières.

La FMI et la BIS n’ont d’yeux que pour les MNBC

Plus ils sont haut placés dans l’organigramme bancaire international, et plus les banquiers semblent détester Bitcoin (BTC) et les cryptomonanies décentralisées. En parlant de grands argentiers, ce sont justement les plus hauts cadres de la Bank for International Settlements qui viennent de publier une tribune sur le site du FMI. Cette dernière, notamment co-signée par Agustin Carstens (directeur général de la BIS), est intitulée :

« Les banques centrales devraient exploiter les capacités techniques des cryptomonnaies pour créer un écosystème monétaire plus riche. »

Enfin une reconnaissance des cryptos ? Pas vraiment. Seulement de certaines de leurs technologies et innovations. En effet, une bonne crypto est une crypto sous leur contrôle pour nos chers banquiers.

Les banques centrales aiment les cryptomonnaies qu'elles peuvent contrôler, les MNBC
La FMI et la BIS adorent les cryptomonnaies… à condition qu’elles aient le contrôle dessus

>> Pour acheter du Bitcoin sans froisser le FMI, c’est sur PrimeXBT (lien commercial) <<

Extraire les apports des cryptos pour créer des MNBC aux ordres

Du côté des critiques des cryptomonnaies dans cette tribune, la liste serait un peu longue à faire, mais voici un extrait très parlant de ce qu’en pensent les grands financiers :

« (…) Les cryptomonnaies ne sont ni stables ni efficaces. C’est un secteur largement non réglementé. (…) Les fraudes, vols et escroqueries fréquents ont suscité de graves inquiétudes quant à l’intégrité du marché. »

Le désastre du TerraUSD (UST) est même cité en exemple pour démonter les stablecoins. Comme toujours, les banquiers se montrent par contre des fans absolus des monnaies numériques de banques centrales (MNBC).

« Les cryptomonnaies nous ont fait découvrir les possibilités de l’innovation. Pour autant, ses éléments les plus utiles doivent reposer sur des bases plus solides. En adoptant de nouvelles capacités techniques, tout en s’appuyant sur un noyau de confiance, la monnaie numérique de banque centrale peut constituer le fondement d’un écosystème monétaire riche et diversifié, évolutif et conçu dans l’intérêt général. »

Tribune de la Bank for International Settlements

Ce que la belle histoire des banquiers centraux ne raconte jamais, c’est l’immense problème de censure que de telles monnaies entraîneraient. En début d’année, juste avant que le conflit en Ukraine n’oblitère toutes autres informations, le gouvernement canadien et les banques nous ont démontré leur pouvoir de geler les comptes bancaires des manifestants du Freedom Convoy. Bitcoin et sa résistance à la censure avaient alors été un petit caillou dans la chaussure des autorités. Dans un monde dominé par des MNBC, cela aurait été encore plus facile de mater toute contestation, en s’attaquant directement aux portefeuilles des opposants.

N’en déplaise au FMI, il existe encore des plateformes qui préservent votre vie privée. Inscrivez-vous dès maintenant sur PrimeXBT, l’exchange sans KYC (lien commercial).

What's your reaction?

Leave a comment

Minimum 4 characters
%d bloggers like this: