Après l’effondrement du marché des cryptomonnaies, le crime ne paie plus

Le bear ne fait pas de cadeaux – Il y a 9 mois, le Bitcoin atteignait les 69 000$ après une course folle. Depuis, son cours a été divisé par trois et l’ensemble du marché semble être entré dans un bear market. En pratique, celui-ci n’affecte pas uniquement les investisseurs. Les hackers et autres arnaqueurs semblent, eux aussi, impactés par le bear.

Les marchés illicites face au cours des cryptomonnaies

Le 16 août, l’entreprise Chainalysis, spécialisée dans l’analyse on-chain, a publié un rapport sur les activités illicites liées aux cryptomonnaies en 2022.

Ainsi, celle-ci a souhaité étudier le lien qui existe entre le cours des cryptomonnaies et les activités illicites. 

Jusqu’à présent, l’année 2022 se place derrière 2021 et 2019 en termes de valeur reçue par des entités identifiées comme illicites

Volume reçu par des entités illicites chaque année.
Volume reçu par des entités illicites chaque année (2019 à 2022)

Cependant, comme le précise Chainalysis, toutes les activités illicites ne se valent pas. Ainsi, là où certaines ont vu leurs volumes baisser similairement au marché, d’autres ont suivi la tendance inverse. 

>> Vous voulez investir en toute sérénité ? Inscrivez-vous sur PrimeXBT (lien commercial) <<

Les arnaqueurs, victimes collatérales du bear market ?

Les arnaques sont répandues dans la sphère des cryptomonnaies. Cependant, celles-ci semblent avoir plus de mal à convaincre leurs victimes dans le cadre d’un bear market. 

Ainsi, 1,65 milliard de dollars ont été perdus dans des arnaques depuis le début de l’année 2022. Cela représente une baisse de 65% en comparaison avec l’année 2021, en plein bull run. 

De surcroit, les chercheurs de Chainalysis ont trouvé une corrélation entre le cours du Bitcoin et les montants dérobés par des arnaques. 

Corrélation entre le cours du Bitcoin et le volume des arnaques.
Corrélation entre le cours du Bitcoin et le volume des arnaques.

Ces chiffres laissent à penser que moins de personnes tombent dans les filets de ces arnaques. Une explication pourrait être que la chute du cours des cryptomonnaies a fait redescendre l’euphorie générale. Par conséquent, il y a moins de nouveaux arrivants dans l’écosystème, qui sont habituellement des cibles de choix pour les arnaqueurs. 

Outre cette réduction du nombre de victimes, les principales arnaques ont vu les sommes dérobées considérablement réduites. Ainsi, là où la principale arnaque de 2021, Finiko, a dérobé 1,1 milliard de dollars, la tenante du titre de 2022 JuicyFields en a dérobé 5 fois moins. Par conséquent, en plus de la fréquence, ce sont également les sommes dérobées qui ont diminué. 

Top 3 des principales arnaques en 2021 et 2022.
Top 3 des principales arnaques en 2021 et 2022.

Darknet : la place de marché boudée pendant le bear market

Comme les arnaques, les places de marchés du Darknet ont, elles aussi, vu une baisse drastique de la fréquentation

D’après Chainalysis, le Darknet a vu une baisse de 43% des volumes, en passant de 1,5 milliard de dollars en 2021 à moins d’un milliard en 2022.

Volume enregistré sur le Darknet chaque année.
Volume enregistré sur le Darknet chaque année.

« Contrairement aux arnaques, cela n’a pas été le cas pendant toute l’année. Les revenus du marché du darknet pour 2022 ont dépassé ceux de 2021 jusqu’en avril, date à laquelle le taux d’augmentation s’est effondré. »

Selon Chainalysis, cela est probablement dû à la fermeture de la plateforme Hydra au début du mois d’avril. En effet, le 5 avril, ce marché prédominant du Darknet a été clôturé. 

Hackers : les grands gagnants du bear market

Passons désormais à l’un des plus grands fléaux de la finance décentralisée : les hackers. Bull ou bear, ces derniers n’ont que faire de l’état du marché. 

Ainsi, ces derniers comptabilisent deux fois plus de larcins qu’en 2021. En effet, ce sont près de 2 milliards de dollars qui ont été dérobés jusqu’ici en 2022, contre moins de 1 milliard au même moment en 2021.

Volume lié à des hacks en 2021 et 2022.
Volume lié à des hacks en 2021 et 2022.

« Une grande partie de ce phénomène peut être attribuée à la hausse stupéfiante des fonds volés à partir des protocoles DeFi, une tendance qui a débuté en 2021. Comme nous l’avons déjà dit, les protocoles DeFi sont particulièrement vulnérables au piratage, car leur code source ouvert peut être étudié ad nauseam par les cybercriminels à la recherche d’exploits, et il est possible que les incitations des protocoles à se développer rapidement conduisent à des manquements aux meilleures pratiques de sécurité. »

Crime en baisse, mais pas de victoire pour autant

Mis bout à bout, il semblerait bien que le bear market entraine une réduction des activités illicites. En moyenne, celles-ci ont baissé de 15% en comparaison avec l’année 2021. 

Cette baisse est principalement engendrée par la diminution du nombre d’arnaques et de victimes potentielles.

Cependant, la recrudescence des hacks DeFi ne doit pas laisser indifférent. Ce fléau qui gangrène la DeFi depuis plusieurs années doit impérativement être stoppé. 

Récemment, le protocole Acala a fait les frais d’une faille dans la création de son stablecoin aUSD. Ainsi, un attaquant a réussi à créer de nulle part des millions de jetons, plongeant le cours dans les abysses. 

En bear market comme au beau fixe, l’investissement crypto nécessite de la fiabilité. Pour votre sécurité, faites le choix d’un partenaire solide et crédible. Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme PrimeXBT (lien commercial).

What's your reaction?

Leave a comment

Minimum 4 characters